Bibliothèque, ennui et souvenirs

Max a commencé à bosser lundi, pour ma part, je suis en attente de mon visa de travail pour débuter en janvier.

Certaines journées sont donc un peu longuettes, continuant à enfin régler mon rythme de vie à peu près correctement en me réveillant vers 7/8H. Bon évidemment je suis dans une nouvelle ville, un nouveau pays, avec plein de choses à visiter… Mais c’est pas pareil. Toute seule, il manque le partage des nouveautés.

Puis y a pas les coupains, je peux pas mettre de chaussures à talons pour marcher (monde cruel), parfois le froid glace les os et j’ai envie d’avoir mon chez moi.

Bref, errant hier dans les rues montréalaises, au cœur du quartier Latin je suis tombée sur la BAnQ. Soit la Bibliothèque et Archives nationales du Québec. Et j’ai eu un coup de foudre.

L’endroit est immense, vraiment IMMENSE. On ne peut pas photographier l’intérieur mais pour vous donner une idée, il ressemble à ça :

Les étages se succèdent avec des rayons de livres à perte de vue, et d’un coup m’est revenu en mémoire le temps passé gamine à lire des BD dans n’importe quelle bibliothèque que je trouvais, m’enfilant des après-midi durant tous les Iznogoud, Corto Maltese, Peter Pan, etc.

Un sentiment oublié que j’ai retrouvé avec délectation en m’asseyant dans leurs énormes fauteuils, en écoutant ce silence bourdonnant si spécifique à ces lieux de lecture. Leur rayon BD, comics, mangas est lui aussi gigantesque, jamais je n’aurais assez d’une vie pour tout lire.

Au fil de mes découvertes littéraires, je suis tombée sur ce très chouette graphic novel, Anya’s Ghost (Le fantôme d’Anya) de Vera Brosgol. J’ai été un peu influencée pour le lire, j’avoue, Neil Gaiman sur la couverture annonçant « A masterpiece ! ». Neil Gaiman pourrait faire de la pub pour du PQ, je me jetterai dessus. C’est joliment dessiné, drôle, intelligent. Je recommande donc vivement.

Puis y a du wi-fi aussi, de grands bureaux avec des lampes vertes en laiton comme dans les films, des journaux du monde entier, une exposition sur les mangas, des jeux vidéo nouvellement accessibles en prêt, et des gens t’accueillant qui doivent être les plus adorables du monde. Et d’après Wiki, il y a même « des salles de musique électronique où les gens peuvent expérimenter leurs compositions. ».

A défaut d’avoir un vrai chez moi, j’en ai trouvé un temporaire.

 

Pour les infos pratiques, la bibliothèque est ouverte de 10h à 22h du mardi au vendredi, et de 10h à 18h le week-end. Tous les prêts sont gratuits pour les résidents de Montréal et la BAnQ s’inscrit dans un réseau d’une quarantaine de bibliothèques réparties dans la ville, trouvables sur leur site.

5 thoughts on “Bibliothèque, ennui et souvenirs

Laisser un commentaire