Le patinage c’est ben l’fun

Même s’il ne fait pas encore assez froid pour que les patinoires naturelles soient praticables, les artificielles (en plein air) sont ouvertes. Valeureux et téméraires, nous voici donc partis direction le Vieux-Port afin d’entamer notre premier jour de sport d’hiver. Je tiens à saluer ici toute la subtilité de la langue française. Dans sport d’hiver, y a sport. Ça a l’air con comme ça mais vous verrez, c’est important pour la suite.

Le patinage, j’ai toujours vu ça comme un truc un peu ridicule que tu fais dans des costumes à paillettes. Faut dire, en France, notre représentation du patineur se résume à ça pour les néophytes :

Ici, le sport national, c’est le hockey sur glace et les patineurs c’est plutôt ça :

De suite, on est pas tout à fait dans le même contexte.

Bref une fois que que la différence culturelle est a peu près saisie, il reste… Bah tout le reste. Voici donc quelques conseils précieux afin de réussir toi aussi ta première apparition sur la glace.

Conseil n°1 : Louer les patins (assez pratique quand t’as pas encore investi parce que c’est le premier jour)

Conseil n°2 : Il suit de très près le premier, prendre la BONNE TAILLE de patins.

Dire que c’est primordial est un euphémisme. Pour ma part j’ai flotté une heure durant dans un 38 (je chausse du 36) avec la désagréable impression que mes chevilles allaient se briser à chaque mouvement. Et là tu repenses à Bambi, découvrant la glace pour la première fois et tu te sens pareil. La grâce en moins. Si l’on devait prendre un exemple, celui-ci illustre parfaitement mon propos.

Haaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaa

Conseil n° 3 : Comprendre l’esprit de la patinoire.

Tu ne rentres pas sur une patinoire comme ça, te rétamant de tout ton long, sans au préalable suivre quelques règles. Tu repères déjà le mec au sifflet avec un gilet jaune, c’est lui qui te dit dans quel sens faut tourner. Sachant que tu changes de sens régulièrement. Et que si tu le fais pas, tu tombes. Tu tombes aussi en le faisant mais passons.

Tu remarqueras ensuite deux groupes d’individus distincts : les canadiens et les autres. En gros ceux qui font des saltos les mains dans les poches et ceux qui se tiennent au bord. Donc non, tu laisses ton ego de côté et tu ne t’élances pas immédiatement au milieu de la patinoire. Les canadiens sont ceux aussi qui ont des patins tout stylé. Toi tu as ceux qui puent avec ta taille marquée dessus.

Conseil n°4 : Tu peux t’aider des petits plots disposés partout afin de glisser sans tomber. Si tu as moins de 5 ans ou si tu es français, c’est acceptable.

Non je ne me sens pas ridicule, non.

Conseil n°5 : La glace, c’est dur. Ton genou (ou n’importe quel autre membre de ton corps) aussi. Mais moins.

Donc ce moment où au bout de deux heures et avec des patins ajustés tu te dis que tu peux t’élancer plus vite, plus loin, plus haut, TU NE LE FAIS PAS. Ou alors tu fais comme moi, tu fais l’andouille et tu te casses la gueule. Ainsi, tu renonces temporairement à l’usage de ton genou (ou de n’importe quel autre membre de ton corps).

La genouillère, cet accessoire sexy qui accompagnera à merveille vos hématomes.

Conseil n°6 : Les douleurs que tu ressens partout dans ton corps (excepté sur les parties sur lesquelles tu es tombé, cf. conseil précédent), c’est normal. Ça s’appelle des courbatures. Car faire du patin te permet de redécouvrir, si tu es aussi en aussi bonne condition physique que moi, que tu as des muscles. C’est là où si tu as tout bien suivi, le mot SPORT d’hiver prend tout son sens. Tu rentres donc chez toi, tu bois une soupe et tu dors.

Mais si tu suis bien ces conseils avisés à la lettre, tu verras, le patinage c’est ben l’fun comme on dit ici.

Patinoire des quais – Bassin Bonsecours – Vieux-Port

3 thoughts on “Le patinage c’est ben l’fun

Laisser un commentaire