Les travailleurs du dimanche et la cuisine

cuisine3

Vous avez remarqué vous aussi à quel point ce blog censé relater notre expérience sociologique auprès des autochtones canadiens francophones (ils vont encore m’aimer tiens) devient totalement n’importe quoi ?

J’essaye bien encore de trouver des rapport entre le Québec et mes articles mais ça dérive autant qu’un iceberg effrayé par le réchauffement climatique. La suite du road trip californien ? Elle arrive, quand j’aurais le temps de trier mes 3489 photos. Car en parlant de temps, nous nous sommes découvert ici une nouvelle lubie : le bricolage (et corrélativement la décoration). Maximilien a fini de changer tous les interrupteurs de l’appartement pour mettre des machins qui changent d’intensité. Le reste du temps on ponce, peint, arrange, organise. Bref nous souffrons de Pinterestation aigüe.

Dernièrement ce fut la cuisine qui a subit nos assauts de pinceaux. Avec une table récupérée dans la rue, même chose pour la chaise ainsi que 2 autres petites chaises IKEA, on y va à l’économie. Je vous avez déjà parlé de mon rapport haine/amour avec nos amis hipsters du Plateau fan de vintage. On investit par contre plus dans le matériel qui sert à rénover le vieux (peinture, ponceuse, masking tape et des trucs que je ne savais même pas que ça existait). Du coup la récup, bon plan ? Oui et non. Mais au moins pour le plaisir de faire les choses soi-même et d’avoir – plus ou moins – le résultat voulu à la fin : oui.

Ceci était un post sponsorisé par mes ampoules, merci. (Et désolée pour la lumière cracra des photos. Ampoule, lumière… Oui je sors).

cuisine1

cuisine2

One thought on “Les travailleurs du dimanche et la cuisine

Laisser un commentaire